Entretien publié dans le magazine Miroir de l’art

Mylène, d'où vous vient cet amour de l'art ?
Cela me vient sans doute d'abord du goût du beau, puis ensuite, du bonheur de rencontrer des artistes. Pour travailler, il me faut deux choses : que j'aime le travail, et que j'aime l'artiste.

Vous aimez quel style?
Je suis très éclectique. Je fonctionne beaucoup au coup de cœur.

Quels sont les artistes avec lesquels vous collaborez ?
Je travaille essentiellement avec les peintres Hubert Devriendt, Francis Montois, René Peccolo, et le sculpteur Bruce Clicq qui réalise des sculptures en marbre noir de Mazy en en marbre blanc de Carrare ...
Je collabore ponctuellement avec d'autres artistes à leur demande sur des secteurs géographiques bien précis...

Avec cet objectif de les faire davantage connaître ?
Oui, hors région Nord-Pas de Calais. Je sillonne les routes et "je vais porter la bonne parole". Mon but premier est de promouvoir les artistes qui ont pour moi un réel talent et une vraie signature artistique.
Essayer de pousser les portes pour proposer aux galeristes de faire un essai avec l'un de mes artistes. Ce n'est pas toujours facile de les convaincre. Ce qui se comprend, les galeristes prennent des risques et ont un fonctionnement propre qu'ils peuvent estimer incompatible avec ce que je leur propose.

De quel manière vous servez-vous de Miroir de l'art ?
Je prends miroir de l'art pour découvrir des galeries d'art, et bien entendu également des artistes. Quelles expos se font ici ou là, etc. Miroir de l'Art est pour moi un magazine d'ouverture.

Mylène Quiévreux
devant une sculpture de Bruce Clicq
Copyrights Valerie Wiacek

Suivez-nous

Facebook
Facebook
LinkedIn